"On attend toujours l’eau propre et potable promise en 2008"

Article et photo de Clicanoo.re publié le 3 avril 2012

ed0db55ef2227ac169c472013660fdb2"En 2008, Eric fruteau a montré une bouteille remplie d’eau sale sur un plateau de télévision pour critiquer la qualité de l’eau potable sur la commune de Saint-André. Il a promis d’améliorer la situation mais quatre ans après, qu’est-ce qu’il a fait ?" Cette offensive contre le maire et candidat aux législatives dans la 5e est menée par Gérard Agathe. Pour illustrer ses propos, le candidat malheureux aux dernières cantonales a pris des échantillons d’eau du robinet, pendant et après les fortes pluies de la semaine dernière. Devant la presse, il ouvre le robinet et fait la comparaison avec de l’eau minérale bien transparente. Verdict : "On en a de toutes les couleurs : du marron, du jaune... On distingue bien les dépôts et autres saletés au fond des bouteilles. La population de Saint-André boit de l’eau sale. Aucune solution n’a été apportée alors que son premier magistrat est de surcroît président de l’Office de l’eau". M. Agathe va plus loin : "Les plus aisés peuvent toujours acheter de l’eau en bouteille mais ceux qui sont pauvres n’ont pas le choix. Malheureusement, la consommation de cette eau peut entraîner des maladies - fièvre, gastro...- pour les enfants. J’appelle d’ailleurs la population à ne pas boire, ni même donner aux animaux cette eau sale".

MEILLEURE GESTION

Réaction de la mairie de Saint-André : "C’est étonnant d’avoir de telles critiques venant de la part d’une personne qui n’habite pas à Saint-André et qui ferait mieux de s’occuper de son association en grande difficulté", lance un responsable joint au téléphone qui nous oriente ensuite vers Jean-Yves Allaguerissamy, conseiller municipal, président de la Commission Environnement de la Cirest et de la Commission local de l’eau. L’élu rappelle que la situation actuelle résulte du manque d’anticipation et d’absence totale de stratégie dans le passé : "La question de l’eau potable en particulier et des réseaux en général est préoccupante d’où le lancement, à notre arrivée, de plusieurs études et la mise en oeuvre de chantiers divers dont la Step et les travaux de forage et de mise en réseau à Dioré, à Ravine-Creuse puis à Terre-Rouge 1 & 2. Dorénavant, l’eau consommée à Saint-André est essentiellement souterraine et de bien meilleure qualité qu’avant. En revanche, on ne peut pas puiser indéfiniment dans les nappes phréatiques. Pour une meilleure gestion des ressources et afin d’éviter des coupures, on mixe avec les eaux de surface provenant des captages (Bras-Mousseline, Citronnier, Petit-Trou, Bras-des-Lianes) où l’on enregistre des taux de turbidité élevés en cas de fortes pluies comme la semaine dernière. Les études et les réflexions se poursuivent avec les partenaires (Cirest, Conseil général, Office de l’Eau, Cise...) notamment à travers le SAGE ou Schéma d’aménagement et de gestion des eaux, en cours de finalisation"

P.R.